Archives de Catégorie: logiciel

Bubbletop : le spam des bubulles ?

bubbletop2.jpgJe teste Bubbletop en version alpha, et j’ai regardé plusieurs vidéos de démonstration (elle, elle et elle). Mes premières impressions sont… mitigées.

L’ajout d’un réseau social à un Netvibes, à quoi cela sert-il ? On partage déjà via le social bookmarking, Twitter, le blogging, et tout ça de manière synchrone. L’ aggrégation possible dans tous ces outils permettent de « tirer » (pull) l’information, la ramener, au lieu d’aller la chercher.
Grâce aux pages personnalisables, il est possible de dédier un lieu à la gestion de nos informations « ramenées ».

Bubbletop, c’est un service un peu contradictoire.

A l’association d’un portail fédérateur en mode « pull », il exploite le réseau social avec un mode « push ». Je m’explique :
imaginez la personne qui a des contacts, dirons-nous, plutôt « actifs » dans le partage, et dans une quantité suffisante… bonjour le spam !!bubbletop1.jpg
Autre illustration : BubbleTop stocke vos informations reçues dans une boîte de reception dédiée. Souvenez-vous des colères générées par les abonnements aux newsletters limite journalières, aux notifications par mail intempestives, aux listes de diffusion trop actives…..

BubbleTop associe donc à un portail « pull » un service de messagerie « push ».

Je ne dis pas que l’idée est mauvaise : au contraire !!! Asssocier ses contacts à son portail est vraiment sympa, mais l’exploitation des deux concepts faite par Orange via BubbleTop n’est pas, à mon humble avis, une réussite. Du moins pour l’instant…

Qu’en pensez-vous ?

Publicités

Expérience 2.0

Cet après-midi, je me suis pris une « pause » en imprimant, coupant et reliant des documents (au passage : à quand les centres de documentation dans les entreprises ?!) Je luttais un peu avec la machine à relier, et un collègue qui venait chercher son document imprimé a décidé de prendre le temps de m’aider. 1er effet : j’ai réussi à bien couper mes feuilles et j’ai mis beaucoup moins de temps que si j’avais été seule.

Pendant nos pliages, découpages, reliages, nous discutions… 2ème effet : nous avons partagé nos reflexions sur certains projets en cours et une très bonne idée a emergé. J’ai appris des choses sur lui, lui sur moi. J’ai ainsi su que je pourrai lui demander de l’aide, et lui m’a demandé des conseils sur une des ces problématiques, après avoir appris que j’avais déjà traité ce genre de sujet.

J’ai fait alors l’analogie avec les outils TIC : ils permettent de rendre plus productif. Mais plus interessant encore, c’est que j’ai vraiment senti à ce moment-là le 3 du 1+1 : la collaboration qui enrichit et les deux individus et la performance (mieux que 2).

Je retiens aussi la spontanéité de la situation, l’informel de la situation. On ne peut pas forcer un comportement humain. On peut juste lui apporter un contexte propice à cette enrichissement. C’est l’objectif central que devrait avoir tout outil 2.0.

tendance industrie du logiciel

Aujourd’hui sur notre forum des masters innovation, un ami a lancé une discussion interessante : « Si le monde logiciel passe totalement dans le libre, retournera t-on comme un cycle à du propriétaire ? »

Voici ma réponse, en copier-coller :

« A mon avis, c’est plus compliqué que ça. Le libre se développe oui, mais les boîtes d’aide à l’intégration et la maintenance aussi. Hors ces prestations là, tu les paies. Et si tu ne veux pas externaliser, il te faudra une équipe interne capable de gérer tous ces logiciels, et ça coûtera encore plus cher.

Finalement disposer d’un outil en entreprise ne sera jamais totalement gratuit. Mais je ne crois pas à un retour au logiciel propriétaire. On glisse très lentement vers du libre. C’est un nouveau business model qui prend forme, et qui commence pour l’instant par du SaaS (software As A Service), mais il y aura une suite, indéniablement. »

Réactions bienvenue !!!