Bubbletop : le spam des bubulles ?

bubbletop2.jpgJe teste Bubbletop en version alpha, et j’ai regardé plusieurs vidéos de démonstration (elle, elle et elle). Mes premières impressions sont… mitigées.

L’ajout d’un réseau social à un Netvibes, à quoi cela sert-il ? On partage déjà via le social bookmarking, Twitter, le blogging, et tout ça de manière synchrone. L’ aggrégation possible dans tous ces outils permettent de « tirer » (pull) l’information, la ramener, au lieu d’aller la chercher.
Grâce aux pages personnalisables, il est possible de dédier un lieu à la gestion de nos informations « ramenées ».

Bubbletop, c’est un service un peu contradictoire.

A l’association d’un portail fédérateur en mode « pull », il exploite le réseau social avec un mode « push ». Je m’explique :
imaginez la personne qui a des contacts, dirons-nous, plutôt « actifs » dans le partage, et dans une quantité suffisante… bonjour le spam !!bubbletop1.jpg
Autre illustration : BubbleTop stocke vos informations reçues dans une boîte de reception dédiée. Souvenez-vous des colères générées par les abonnements aux newsletters limite journalières, aux notifications par mail intempestives, aux listes de diffusion trop actives…..

BubbleTop associe donc à un portail « pull » un service de messagerie « push ».

Je ne dis pas que l’idée est mauvaise : au contraire !!! Asssocier ses contacts à son portail est vraiment sympa, mais l’exploitation des deux concepts faite par Orange via BubbleTop n’est pas, à mon humble avis, une réussite. Du moins pour l’instant…

Qu’en pensez-vous ?

Google Server Error

Je me suis trouvée tout à l’heure face à cette page dans mon Firefox. Je dois être une des rares personnes à voir s’afficher un Server error de Google juste en créant un événement dans son calendar.

googleservererror.jpg

Le mot de la fin : Un simple rafraîchissement et tout est rentré dans l’ordre.

Le mensonge est-il un moyen du management ?

Un ami m’a raconté que ses managers avaient organisé des groupes de travail sur différents sujets de l’entreprise comme « la boîte en 2011 » ou encore « la motivation du personnel », tous ces thèmes ayant attrait à la vision et la culture de l’entreprise. A première vue, je me suis enthousiasmée que dans un environnement très industriel et encore très attaché aux habitudes d’une société centenaire, on puisse appliquer de telles méthodes de management.

mensonge.jpgNous discutions avidemment de cette méthode, jusqu’à ce que j’apprenne le pot aux roses : les groupes de travail ont été formés sans volontariat, puisque les groupes de travail ne sont pas fait pour rééllement travailler sur les thèmes officiels, mais plutôt d’amener les personnes considérées « refractaires » aux idées que les managers et la direction ont déjà determinés et vont mettre en place. Dans les groupes ont donc été placés des personnes qui ont cet objectif : mener le reste du groupe à des idées précises.

Je n’arrive pas à me faire une opinion précise, surtout concernant l’éthique de cette méthode. Qu’en pensez-vous ?

innovation web : le LipDub

Tout simplement excellent, une agence de com new-yorkaise a réalisé un « LipDub » (comprenez une sorte de Karaoké)

lipdub.jpg

Lip Dub – Flagpole Sitta by Harvey Danger from amandalynferri and Vimeo.

En dehors du fait que la chanson est géniale et le clip une réussite, l’agence de com a vraiment innové en laissant ses employés présenter la société. Est-ce une attitude entreprise 2.0 / web 2.0 ? En tout cas, il est clair que cette expérience est forcément bénéfique pour la cohésion de l’équipe. On peut supposer aussi que s’il y a une table de ping ping en plein milieu des bureaux, et un décor plutôt accueillant, c’est qu’ils ne doivent pas être aux 35 heures… Donc ce clip est une soupape appréciée, à l’instar du fameux séminaire en Auvergne🙂 Et en plus, ça coûte moins cher et ça fait une belle action marketing pour la boîte !

Finalement, quels sont les défauts d’une telle action ?

comment faire du personal branding en 5 étapes

De retour de vacances et regonflée à l’eau de mer🙂 pour reprendre un peu en main ce carnet.

Lisant le magazine « courrier cadres » sur la plage, j’ai pris quelques notes :

L’article sur le personal branding m’a laissée dubitative : sans en avoir trouvé un nom marketing, j’avais déjà depuis plusieurs années pensé au concept. Tout le monde fait plus ou moins du « marketing de soi-même » lors de ses recherches d’emploi, de ses reflexions pour préparer ses entretiens, ou tout simplement, à travers ce que l’on appelle le « développement personnel »…. J’aurai dû, à l’instar de William Arruda, monter ma boîte de coaching il y a 5 ans😉

Selon l’article, voici le principe :

  1. étude de l’image que vous donnez auprès de votre entourage
  2. « découvrez votre moi »
  3. Mettez en évidence ce qui fait de vous un être unique sur le marché (expérience, compétence, capacité, …)
  4. Construisez votre « plan marketing » : écrire dans un blog, interview dans un magazine, etc…

On retrouve les étapes classiques d’une étude marketing. Je vous donne ma version (l’étape 2 est facultative):

  1. Définissez votre « marché » : déterminez quel est votre domaine d’activités, quel est son périmètre, ses tendances (stagnation des embauches, évolution d’une branche de l’activité, …)
  2. [ Trouvez-vous des « concurrents », avec qui vous pourrez vous comparer : des personnes reconnues de votre domaine, des contacts que vous estimez compétentes, des inconnus qui, selon leur profil sur le web (CV, blog, lieu géographique, âge, etc…) pourraient postuler à un même poste que le vôtre, … Sélectionnez-en entre 2 et 4. ]
  3. Segmentez ! Pour cela :
    1. déterminez les critères indispensables pour être performant sur votre marché. Ces critères se retrouvent souvent dans les définitions de métiers, dans les offres d’emploi. Vous pouvez également contacter des cabinets de recrutement pour connaître les valeurs reconnues dans votre domaine.
    2. Trouvez un système de notation sur ces critères. Par exemple, de 1 à 5, de « insuffisant à performant ». C’est à vous de trouver. Toute la valeur de votre étude est ici : dans le choix de vos critères et votre système de notation….
  4. Ciblez :
    1. Notez-vous [et vos concurrents] sur ces critères.
    2. Analysez le résultat : votre valeur ajoutée se situe sur les critères où vous êtes bien noté, [ou devant vos concurrents]. Egalement, votre v.a. peut se dégager sur un ou des critères où personne ne se distingue, et où vous pourrez développer votre profil.
  5. Positionnez-vous en définissant les actions à réaliser pour mettre en avant les éléments compétitifs de votre profil : mise en avant sur le CV, par exemple.

Les retours si vous testez le personal branding sont les bienvenus evidemment. En dehors de la méthode marketing, ce qui compte surtout est le fait d’être bien dans ses baskets. Aussi je vous renvoie à quelques liens sur le développement personnel :

Newway

Palsambleu

La Troisième Voie

J’ai publié mon onglet Netvibes sur le developpement personnel dans l’ecosystem, vous pouvez l’ajouter en cliquant sur le bouton, il contient trois pavés des blogs ci-dessus.
Add to netvibes

La mutation des postes

job.gifLes moteurs de recherche d’emploi n’ont pas encore intégré une grande problématique dans le monde informatique : plusieurs titres pour un même poste. L’origine du problème vient que les métiers changent, la façon de travailler aussi, et maintenant un poste représente un ensemble de missions qui peuvent différer selon l’entreprise, son organisation, sa culture, son histoire, …

Résultat : le nom d’un poste n’a plus vraiment de sens. Je vois des annonces de chef de projet, mais avec des mots derrière comme « fonctionnel », « logiciel », « web », « marketing », ce qui donne une couleur au poste, mais parfois plusieurs d’entre eux correspondent au même poste, ou inversement, plusieurs postes différents portent le même nom (et ça c’est pire encore).
Il faudrait que les moteurs de recherche d’emploi en tiennent compte, afin que les entreprises trouvent les bonnes personnes pour « leur définition du poste », et que les futurs salariés ne soient pas obligés de passer des heures parce que les mots-clés ne sont pas bons…. Et passe à côté d’une offre pour lequel ils sont compétents.

un peu de sémantique dans tout ça ne ferait peut-être pas de mal … ?

définition du salarié 2.0

Pour moi, l’entreprise 2.0 c’est un mot marketing pour parler de « l’entreprise ouverte » ou « entreprise transparente », dans le sens où elle casse ses barrières pour communiquer, partager et collaborer avec son écosystème externe et interne.

Un salarié 2.0, à mes yeux c’ est pareil. J’ai sorti ce terme dans un commentaire sur le blog de Bertrand suite à la présentation de Pascal sur l’entreprise 2.0. C’est un salarié « ouvert » ou « transparent » dans le sens où il casse les barrières présentes physiquement et temporellement dans son écosystème. Il casse les barrières entre son lieu de travail et son domicile ou même les restaurants, chez des amis, etc…
Il casse les frontières psychologiques entre la pause à la machine à café et les moments de « travail effectif » (ça m’a toujours fait rire ce terme) à son poste.
il casse les barrières car son travail sont des activités qui lui plaisent, qui lui apportent un enrichissement de ses compétences, qui lui font assimiler des connaissances. (On est en plein dans l’économie de la connaissance, là)
Le salarié 2.0 considère que son travail fait partie de sa vie, et qu’il lui apporte autre chose que de l’argent pour vivre. On pourrait alors reparler du fait qu’on ne rémunère plus un salarié 2.0 comme un salarié 1.0… J’ai écrit ce billet en 15 minutes, si ça vous tente je pousserai la reflexion et la rédaction pour constituer quelque chose de plus construit, mais là je suis normalement en période de « travail effectif » ….😉